TEXTES

« Fasciné par l’imaginaire et l’imagerie scientifique, Irwin Marchal fantasme les espaces infinis de la galaxie pour tenter de représenter l’irreprésentable. Ces installations sont souvent des espaces immersifs dont la structure imposante s’efface devant la légèreté d’un instant poétique. Ici « l’horizon des événements » fait cohabiter des papillons vivants à une représentation subjective du big bang. »

Paris Art, texte sur l’exposition « De la nature des choses », 2014
Lien vers le texte intégral:
http://www.paris-art.com/exposition-art-contemporain/de-la-nature-des-choses/pierre-grange-praderas-nils-guadagnin/16873.html

_______________________________________________________________________

« Intéressé par l’astronomie, l’architecture radicale, les phénomènes catastrophiques, l’imagerie scientifique, militaire et industrielle, je questionne sous forme de sculptures, d’installations et d’images nos systèmes de représentation, d’identification et de croyance en jouant et déjouant des formes archétypales, des références historiques ainsi qu’un imaginaire collectif.

Il y a dans mon travail une relation très forte à l’architecture, aux constructions et aux structures singulières. Leurs intérêts les plus évidents résident pour moi dans leurs facultés à devenir des espaces de projection fantasmagorique, des supports de l’imaginaire, des expériences de pensée utopique.

Aussi, mes projets ont souvent pour impulsion une référence, un récit, une figure liée aux mythologies contemporaines, aux pseudosciences, aux concepts astronomiques, à la pensée magique. Je considère ces catégories comme un matériau qu’il s’agit de manipuler, de déplacer, de retourner afin de mettre en tension ce qu’elles nous disent sur notre rapport à l’absolu, sur notre rapport à l’histoire, sur notre rapport à l’imagination et en somme de sur notre condition d’être pensant.

Ramener en présence des choses éloignées en distance et en temps, créer une dialectique, proposer des interprétations inédites, changer le regard et permettre une lecture nouvelle sur un lieu ou un objet, tel est souvent mon intention. »

Irwin Marchal

_______________________________________________________________________

 

« La physique astronomique actuelle est une science gorgée de concepts fascinants mais les représentations vulgarisées qui en découlent sont parfois décevantes. Substance cosmique singulière, univers miroir, matière fragmentée, étirée, écrasée, instabilité quantique, trou de verre et autre rayon gamma forment un corpus poétique et philosophique extrêmement intéressant dans l’optique d’une reconfiguration de ces représentations par la sculpture. Bien entendu ce remaniement ne peut se faire qu’une fois affranchi de la logique rationaliste et de l’esprit mathématique ordinairement usités pour manipuler ce langage. La science, à l’instar de la guerre et de l’économie, a trop d’importance pour qu’on la laisse uniquement aux scientifiques. C’est le travail du poète que de s’y plonger pour la transformer. Cette démarche a permis la création de ces sculptures. »

Irwin Marchal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>